Imaginez une classe unique de CP au pied des Pyrénées. Pour s’y rendre, les enfants traversent un pont de bois au dessous duquel quelques poissons font du sur place dans un fin cours d’eau.

Pas de commerce dans ce village de Teilhet, un vendeur ambulant vient le jeudi matin. Le vrai rythme du village est donné par le rythme de l’école. A midi, un bus emmène les enfants à Rieucros où toutes les classes de primaire du secteur partagent la même cantine.

Ils sont 19 dans la classe et Marine Fargues est leur institutrice.

C’est dans cette ambiance que nous sommes arrivés avec Sandrine et Emilie pour récolter la vie sonore des lettres et des mots dans ces bronches, ces poumons et ces petites bouches toutes neuves dans le monde de l’écrit et de la parole. Les enregistreurs d’Emilie décuple chaque son dans nos oreilles et une surconscience de ce que nous entendons se développe au fil des jours faisant de nous des pages blanches vibrantes.

Défendant l’idée que chaque enfant est une de ces pages blanches dans l’histoire s’écrivant, Sandrine a fabriqué un « carnet cabane » où Emilie s’isole avec chacun recueillant leur parole. D’autres temps plus collectifs sont organisés : « concert de papier » qui pourrait constituer la « langue » des lettres vivantes et notamment celle de « Mademoiselle B », un « alphabet sans bouche » qui expérimente comment les sons du quotidien peuvent faire lettres et langue, « Babil de prénoms » avec des jeux sur chaque syllabe de chaque prénom, « Pop up de prénom » où chaque enfant a créé son corps de lettres…

Et comme chapeau de tout cela, il y a l’histoire de « Mademoiselle B » et la manière dont les enfants se l’approprient non pas comme une enfant trop vite traversée par la vie mais comme une présence ici et maintenant grâce à la marionnette et à l’imaginaire des lettres vivantes.

Nous avons fini ces deux semaines très intenses par une restitution pleine de surprises : Noisette, que les enfants n’avait pas rencontré jusque là, est sorti du carnet d’écriture et ensemble, ils ont partagé un texte écrit durant la résidence.

Ecoutez la pièce radiophonique créée par Emilie, fermez les yeux et écoutez comme si vous étiez à votre tour une page blanche…

Lien vers la pièce radiophonique

 

Merci à Marine Fargues et aux enfants pour leur accueil, merci aussi à Mima pour avoir rendu possible cette belle résidence.